Londres

21/22 février 2013

Les jeux olympiques de Londres ont favorisé une effervescence du monde de l’hospitality. Ils ont aussi été une nouvelle occasion pour la capitale anglaise de confirmer son caractère avant-gardiste et inventif.

En 2008, bien avant la fièvre olympique, Londres accueillait déjà 26 millions de visiteurs dépensant quelques 10.5 milliards de livres. Quatre ans plus tard, 15 milliards d’euros ont été investis dans les infrastructures de la ville dont plus d’un milliard consacré à l’hôtellerie. Outre l’organisation des JO, le tourisme est un secteur clef de la capitale anglaise puisqu’il emploie 13% de la force de travail et constitue la troisième source de revenus après les produits financiers et la chimie.

 

Entre 2010 et 2012, ce sont 11 000 nouvelles chambres qui sont programmées, générant une augmentation de 33% de la capacité d’accueil pour l’hôtellerie haut de gamme avec les ouvertures d’établissements tels que Corinthia, W ou Andaz. L’hôtellerie économique représente 60% des ouvertures à l’instar de Tune qui depuis août 2010 a ouvert quatre hôtels et prévoit d’en ouvrir encore une dizaine d’ici 2017. En 2011, la ville prévoyait encore la création de 27 607 chambres. Elle en compte à ce jour 102 600.

 

Le contexte et un goût pour la nouveauté auront donc été favorables à l’ouverture de nombreux établissements où l’innovation est omniprésente tels que Tune hotels et sa formule « Pay for what you use », Andaz et ses tablettes en guise de réception ou encore W et sa façade aux couleurs changeantes au gré de l’affluence du quartier. La lancée devrait encore se poursuivre puisque, à l’instar de Me by Melia ouvert en octobre 2012, Morgans, Shangri La, André Balazs, Firmdale et de nombreux autres groupes prévoient de nouvelles ouvertures pour les années à venir.